À un iPod du bonheur

21 h 30. Reviens de courir. La chaleur est tombée, tout le monde sort en profiter. De retour à la maison, après avoir craché un ou deux poumons. Je vérifie : pas de message. Bloglist. 10putes (a payé son loyer?). Le couple d’infidèles. Le couple de trash (toujours pas de nouvelles, ont-ils vraiment abandonné?). SP4M. And so on.

Pas de message.

Encore quelques blogues. Une nouvelle auteure. Un dateur. Une dessinatrice. Et une autre. Et encore un. Tout un univers. Un univers plein de jugements, de trolls, de fautes, de cul, un univers où même les salauds deviennent attachants pour peu qu’ils soient intéressants à lire. Un univers qui me décroche du mien.

Et tout à coup, paf, ça revient. L’envie soudaine d’en être, de réinvestir la blogosphère. J’ai pigé dans mes vieux blogues, en ai profité pour en supprimer quelques uns. Changé rapido la bannière. Même pas effacé les archives vieilles de trois ans. Et j’ai écrit ce billet.

Pas d’objectif, pas de message à passer, personne à toucher, à émouvoir, à rejoindre. C’est juste que je me rends compte que dans ma vie, ça me manquait, écrire.

Je relis en diagonale mes derniers écrits, et dans ma tête il y a la phrase « putaiiiin que ça va viiiiite » qui clignote sur un néon orange et brun. Un beau néon rétro, Boogie Nights style. Et une chose, évidente, normale, sue, assimilée, mais qui là est clairement écrite sous mes yeux : JE NE SERAI JAMAIS SATISFAITE.

Publicités
Cet article a été publié dans Au fait. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s